Oeuvre interactive de Miguel ChevalierDéfinir l’interactivité

L’interactivité suppose une interaction homme-machine qui passe par l’écran de l’ordinateur qui devient un medium d’action. Victor Petit, en conclusion du module d’autoformation du PRECIP, la définit de la manière suivante:

« L’interactivité, en contexte numérique, nomme à la fois l’intervention écrite du lecteur et l’écriture de la lecture par le programme. »

Cette notion est complexe. A nous d’en éclaircir le sens au travers des activités de ce module.

L’interactivité, quelle finalité ?

L’interactivité  offre de nombreuses promesses pour le livre numérique « enrichi » ou « augmenté », que ce soit pour les œuvres fictionnelles, les documentaires (livre pratique, livre d’art) ou le livre scolaire. Mais on peut s’interroger sur la finalité de ces enrichissements, liens hypertextes, animations textuelles, ajout de nouveaux médiums, vidéo, son.

S’agit-il, d’éléments, somme toute « accessoires », « complémentaires du livre », c’est-à dire visant en priorité un objectif « pédagogique » d’éclaircissement, comme le précise le décret n° 2011-1499 du 10 novembre 2011, pris en application de la loi n° 2011-590 du 26 mai 2011 relative au prix du livre numérique ?
« Les éléments accessoires propres à l’édition numérique mentionnés au premier alinéa de l’article 1er de la loi du 26 mai 2011 susvisée s’entendent des variations typographiques et de composition, des modalités d’accès aux illustrations et au texte telles que le moteur de recherche associé, les modalités de défilement ou de feuilletage des éléments contenus, ainsi que des ajouts de textes ou de données relevant de genres différents, notamment sons, musiques, images animées ou fixes, limités en nombre et en importance, complémentaires du livre et destinés à en faciliter la compréhension. «

Ou bien s’agit-il, de manière plus radicale, de nouvelles modalités d’appropriation des œuvres, de nouvelles formes d’immersion, de nouvelles modalités narratives, qui appellent un nouveau type de lecteur ?

Voici comment Alexandra Saemmer, dans son livre Matières textuelles sur support numérique, esquisse la silhouette de ce nouveau lecteur :

« Le deuxième type de lecture relève d’une activité immersive, intuitive, ludique. Peut-être influencé par la pratique des jeux vidéo et des blogs, un nouveau type de lecteur se montre sensible à la dimension graphique et plastique du texte. Il lit, il clique, et il regarde, se laisse captiver par le dynamisme inhérent à l’animation et à l’hypertextualité, par de nouvelles formes de typographie, de mise en espace qui rapproche le texte des arts visuels tout en conférant à la lecture une dimension contemplative et interactive. »

Et ces nouvelles formes d’écriture suggèrent d’autres questionnements :

  • doit-on privilégier l’innovation technologique ou l’innovation narrative ?;
  • qu’est-ce que le livre numérique emprunte au jeu vidéo ? Lire, est-ce jouer ?

Références

Ce module comprend deux activités.

Zoom sur l'application Hopper

Page d'accueil

Page d’accueil

A l’occasion de l’exposition Hopper, (octobre 2012-janvier 2013), la Réunion des Musées Nationaux se lance dans une démarche éditoriale originale. L’application Hopper est conçue comme un complément à l’exposition, développée en amont du catalogue papier. Son auteur, Didier Ottinger, commissaire de l’exposition, imagine une « lecture arborescente et labyrinthique » de l’œuvre d’Edward Hopper, à partir de neuf tableaux. Ceux-ci donnent lieu à l’analyse d’œuvres similaires d’Hopper, elles-mêmes associées aux œuvres d’autres artistes, permettant d’approfondir la connaissance des sources et des influences de l’artiste américain. Chaque tableau est associé à « un texte fédérateur », le texte de synthèse rédigé par l’auteur, à une iconographie et à d’ autres éléments textuels.

La matérialisation du « déroulé de la pensée » d’Ottinger représente alors pour les concepteurs un véritable défi de conception. La fenêtre, le labyrinthe, « la mise en abîme » sont autant de métaphores pour rendre compte d’une arborescence inattendue pour un catalogue d’exposition.

(Les termes entre guillemets sont empruntés au mémoire-projet de Basile Mignonneau, chef de projet pour l’application Hopper à la RMN.)

L’objectif de cette activité est de cerner l’originalité de ce projet d’e-catalogue, notamment par rapport à l’interactivité et à l’innovation narrative, et de recueillir vos impressions de lecteur. Appuyez-vous sur la grille d’analyse, les copies d’écran reproduites avec l’autorisation de la Réunion des Musées Nationaux et l’enregistrement de la rencontre de Basile Mignonneau avec des étudiants de Master.

Venez consulter l’application Hopper, d’une fenêtre à l’autre à la médiathèque si vous ne pouvez pas la télécharger sur votre tablette. (Appstore ou Google Play store)

OTTINGER, Didier. Hopper, d’une fenêtre à l’autre. Réunion des Musées Nationaux, 2013

Vous pouvez réaliser cette séquence individuellement ou par petits groupes (3 personnes maximum). Postez vos réponses sur le blog dédié.

Pour travailler à plusieurs à distance en mode synchrone, vous pouvez télécharger la Grille d’analyse de l’application Hopper et la copier/coller le texte dans un Google document de l’application Drive de Google. 

 Grille d’analyse de l’application

Découverte du manuel scolaire interactif

A partir de l’exemple de deux éditeurs, Lelivrescolaire.fr et Vital Source, décrivez dans le blog dédié les formes d’interactions innovantes que propose le manuel scolaire numérique. 

Livrescolaire.frLelivrescolaire.fr est un éditeur indépendant qui diffuse des manuels papier, et propose des manuels numériques gratuits interactifs, à consulter en ligne, ainsi qu’un site, Afterclasse, pour réviser le brevet et le bac. C’est un projet collaboratif auquel contribuent 300 enseignants. Les manuels sont personnalisables et se veulent « à la pointe de l’innovation et de l’interactivité ». L’éditeur défend des valeurs fortes; par exemple, les contenus sont placés sous  sous licence Creative Commons (BY-SA).

Explorez les manuels numériques  et le site Afterclasse. (Pour avoir accès à toutes les fonctionnalités, inscrivez-vous, c’est gratuit).

Accès au site Lelivrescolaire.fr

 

 

VITALSource

La maison d’édition américaine VITALSource édite des manuels numériques interactifs que l’on peut lire indifféremment en ligne ou télécharger sur son PC/Mac/Smartphone/Tablette.
L’interface de lecture combine les fonctionnalités de lecture d’un ebook au format epub et les fonctionnalités d’un navigateur Internet. Consultez plus particulièrement les vidéos du chapitre « Inside the book ».

 Démo VITALSource

 

 

 

 

Blog de l'activité Hopper

Les tiraillements du livre numérique

USA 1968 de Jean-Jacques BirgéDans son  article, Le livre numérique « augmenté » au regard du livre imprimé : positions d’acteurs et modélisations de pratiquesNolween Tréhondart décrit les tiraillements du livre numérique entre références aux codes du livre imprimé et créativité, à travers l’interview d’éditeurs pure players et l’analyse de deux romans numériques autopubliés. Cette analyse met à jour le « potentiel narratif et poétique de l’hypertexte, de l’animation textuelle, et de l’hybridation entre texte, image fixe, son et vidéo. »

Nolween Tréhondart met en évidence les « figures du lecteur » qu’anticipent les auteurs dans leur conception du livre numérique, « le lecteur de romans », « le lecteur spatial », « le lecteur joueur », « le lecteur esthète »… Chaque « figure du lecteur » renvoie à une pratique et à un modèle de lecture.

L’un des deux romans numériques sur lequel porte l’analyse de Nolween Tréhondart peut être consulté à la médiathèque : BIRGÉ, Jean-Jacques. USA 1968

TRÉHONDART, Nolween. Le livre numérique « augmenté » au regard du livre imprimé : positions d’acteurs et modélisations de pratiques

L'Homme volcan de Mathias Malzieu (Actialuna/Flammarion)


Making-of « L’Homme Volcan » (Mathias Malzieu) par Actialuna

L’Homme volcan (texte de Mathias Malzieu, peintures de Frédéric Perrin et musique du groupe Dyonisos) a reçu le prix du livre numérique 2012.

Comme le souligne Nolween Tréhondart dans un article paru en 2013, en s’appuyant sur l’exemple de L’Homme volcan, les auteurs sont à la recherche de nouveaux modes de narration, « d’une expérience plus riche, plus intense, plus immersive », « d’une lecture ludique et esthétique ». « Les éditeurs souhaitent proposer de nouvelles possibilités d’immersion dans le texte très éloignées des pratiques de lecture fragmentaires et informationnelles souvent associées au web. »

Pour Clément Monjou, le livre numérique doit son succès à sa sobriété : peu d’interactions, une navigation simple, une lecture linéaire, un équilibre parfait entre le texte, les images et la bande son.

 TRÉHONDART, Nolween. Le livre numérique, un objet textuel non identifié. Dazibao. 2013, n°36.

MONJOU, Clément. L’Homme volcan, sobriété et poésie au service de la lecture.

Ré-enchanter la lecture numérique

Etienne Mineur,  co-fondateur des éditions Volumiques, espère pouvoir inventer de nouvelles formules de lecture. Il s’appuie sur un univers graphique fort, développe une interactivité ludique, inspirée du jeu vidéo pour créer une nouvelle expérience sensible.

Interview sur France Inter, le 26 novembre 2014

Kit de survieA partir des potentialités des nouveaux supports de lecture, en particulier le recueil des données sensorielles, spatio-temporelles, il imagine, dans son article ré-enchanter la lecture numérique, de nouvelles interactions, de nouvelles écritures.

« Ces nouveaux livres sont vivants, il faut changer la manière de penser les livres, il ne faut plus penser en terme de pages fixes, d’objet inertes, de livre fini… mais d’êtres doués de sensibilités et de mémoires. »

 MINEUR, Étienne. ré-enchanter la lecture numérique.

Narration interactive

Narration interactive de Benjamin HoguetLes articles que Benjamin Hoguet, sur son site Medium, consacre à la narration interactive offrent de nombreuses ressources. Voici une sélection de trois articles.

Qu’est-ce que la narration interactive ? Et pourquoi nous y tenons tant…
La narration interactive peut se révéler une alternative efficace au récit linéaire pour « nous donner à voir une réalité complexe de manière plus aboutie, plus exigeante et plus engageante ». C’est le pari du webdocumentaire, un genre en plein essor.

Dans les articles, Émotions et narration interactive #1 et #2, Benjamin Hoguet aborde les vecteurs de l’immersion :

  • le timing : quand l’auteur doit-il proposer des choix ?;
  • l’incarnation;
  • l’implication (expérience collaborative);
  • la personnalisation;
  • accomplissement et satisfaction

HOGUET, Benjamin. Qu’est-ce que la narration interactive ? Et pourquoi nous y tenons tant…
HOGUET, Benjamin. Émotions et narration interactive #1
HOGUET, Benjamin. Émotions et narration #2

 

Webdocumentaire

What's up webdoc

Qu’est-ce qu’un webdocumentaire ? Un documentaire qui s’appuie sur une trame narrative ? Une nouvelle écriture numérique pour exprimer un regard d’auteur sur le monde ? Un projet multisupport qui permet d’aborder un sujet sous de multiples facettes ?
Une idée centrale semble mettre d’accord les intervenants de ce webdocumentaire consacré au webdocumentaire : au coeur de cette nouvelle écriture documentaire il y a l’interactivité propre à Internet. « Le webdocumentaire propose au spectateur une expérience interactive qui va lui permettre de rentrer dans le sujet et de renouveler en permanence le contrat d’attention. » Samuel Bollendorff

« What’s up Webdoc » : c’est quoi un webdocumentaire ? a été écrit et réalisé par les 5 doigts de la main.

 « What’s up Webdoc » : c’est quoi un webdocumentaire ?

 

Un jeu vidéo pépite d'or du Salon du livre jeunesse de Montreuil

Botanicula (Amanita design)Botanicula (Amanita Design) a reçu la pépite du Salon du livre jeunesse de Montreuil 2014, dans la catégorie « création numérique ». Ce choix, qui consacre un jeu vidéo dans une liste de nominés qui rassemble epub3, BD numérique ou webdocumentaire, a fait l’objet de vives polémiques. (Aldus)

De nombreux livres numériques destinés au jeune public s’inspirent du gameplay ou de techniques d’animation propres au jeu vidéo. Voyage au centre de la Terre (L’Apprimerie), que l’on a découvert dans la séquence 1,  donne une place très importante aux interactions ludiques. La sorcière sans nom (Slim Cricket) pour les enfants de 6 à 8 ans – entre conte et jeux interactif – sacrée meilleure application et livre numérique pour enfants en 2012 par IDBOOX, utilise des moteurs d’animations 2D que l’on peut retrouver chez UbiSoft par exemple avec le jeu Rayman Origin’s. (Étienne Mineur, ré-enchanter la lecture numérique)

Qu’est-ce qui peut paraître si séduisant et instructif dans Botanicula ? Comme l’expliquent brillamment les journalistes de la Chronique After Bit, la musique, dans le jeu, est un élément narratif qui doit faire sens avec le gameplay et l’expérience de jeu. Petite leçon de design sonore.

 ALDUS. Montreuil 2014 : Botanicula, pépite du « jeu » numérique
 
MINEUR, Étienne. ré-enchanter la lecture numérique.
AFTER BIT.  Botanicula & Machinarium

 

 

Manuel numérique

dossier EduscolLe dossier Eduscol définit la notion de manuel numérique et apporte de nombreux éclairages sur les usages en France et à l’étranger.

Manuel numérique

Quelle fonction les auteurs au sens large et les éditeurs accordent-ils à l’interactivité, et quelle place ? A quelles attentes des lecteurs répondent-ils ?

L’interactivité comme « enrichissement »

Une première orientation consiste à penser l’interactivité principalement par rapport à une fonction pédagogique « d’enrichissement ». Pour le livre numérique enrichi,  qui peine en France à trouver un marché, ou le site web, cela recouvre l’accès à des ressources additionnelles comme l’image ou la vidéo, des fonctionnalités comme le zoom pour visualiser les détails d’une image, des possibilités de personnalisation pour l’enseignant ou pour l’apprenant dans le cas du manuel numérique par exemple, de marquage…, toutes les possibilités offertes par l’epub3, qui repose sur les nouveaux standards du web : HTML 5, CSS3 et javascript (ressources de la  séquence 1). L’enrichissement apporte de nombreux éléments positifs pour la réception et la médiation des contenus dont il facilite la découverte et l’appropriation.

Le potentiel narratif de l’interactivité

Une autre orientation consiste à réfléchir aux enjeux esthétiques de l’interactivité et à mettre en oeuvre de nouvelles modalités narratives. En développant une écriture hypertextuelle créative ou en s’appuyant sur les possibilités d’enregistrement de données sensibles spatio-temporelles ou sur les possibilités de communication des supports nomades. (Etienne Mineur), on offre au lecteur une expérience de lecture inédite.
La narration interactive recrée les conditions d’une lecture immersive. Elle recherche l’engagement du lecteur, en adoptant les stratégies et les techniques d’animation du jeu vidéo, les pratiques contributives des réseaux sociaux, les ressorts du storytelling. Le webdocumentaire, en plein essor, illustre cette tendance.

Référence :
MINEUR, Étienne. ré-enchanter la lecture numérique

Blog sur Lelivrescolaire.fr

  • Le manuel scolaire

    By on 30 avril 2015

    Décrivez les fonctionnalités originales de ces manuels interactifs.

    5
    Formation sur la lecture numérique
  • Le manuel scolaire interactif

    By on 22 avril 2015

    Sur le site Lelivrescolaire.fr, explorez les manuels numériques et le site Afterclasse. Pour avoir accès à toutes les fonctionnalités, inscrivez-vous, c’est gratuit. Décrivez les différentes formes d’interactions proposées. Qu’apportent-elles par rapport au manuel imprimé ?

    0
    Formation sur la lecture numérique

1 Avis

  1. O'DONNELL 4 ans ll y a

    Consulter ces livres interactifs prend bien sûr énormément de temps et de pratique et la pertinence de mon commentaire est donc largement affectée par ces facteurs limitants.
    Pour Vital Source: c’est certainement une ressource très utile pour les études, mais difficile d’accès dans le rôle d’observateur. Les tutoriels de prise en main sont très explicites, mais il faut avoir un réel besoin de se plonger/d’utiliser cette ressources pour en apprécier l’efficacité.

    J’ai parcouru leLivrescolaire.fr en anglais 6eme et 3eme. Le support numérique de la version élève avec le workbook et les fichiers-son associés peuvent être motivants pour les élèves, puisqu’ils ont des aides/ conseils/ corrections accessibles instantanément.
    Pour le prof, il est intéressant de pouvoir créer et surtout intégrer des ressources localisées sur la même interface.
    Mon bémol principal vient du temps nécessaire à la correction des activités en ligne. Avec plusieurs classes , cette activité est extrêmement chronophage, d’autant qu’il y a toujours une certaine proportion d’élèves qui n’a pas accompli la tache pour diverses raisons.

    Pour le site afterclasse.fr, les ressources semblent nombreuses et pertinentes, avec des aides pour avant et pendant les épreuves d’examens.
    Je n’ai pas vraiment noté d’éléments d’interaction pour les parties cours.
    Pour les exercices, les élèves ont la possibilité de retourner vers le cours, mais il n’y a pas d’autres interactions possibles, ou je ne les ai pas vues.

Laisser une réponse